Infarctus : des cellules souches sanguines pour réparer le coeur

« Les greffés semblent se porter tous très bien ». Le Pr Philippe Hénon, président de CellProthera et directeur de l’Institut de recherche en hématologie et transplantation de Mulhouse (IRHT), semble satisfait des résultats sur la santé des patients ayant bénéficié de sa thérapie de reconstruction du muscle cardiaque par cellules souches.

Pourquoi Docteur 

Lire l’article

Des chercheurs créent des embryons mixtes humains et porcins

Des chercheurs ont pour la première fois créé des embryons chimères contenant des cellules souches humaines et porcines, selon une étude publiée jeudi dans la revue américaine Cell.

Cette avancée scientifique constitue un premier pas vers le développement d’organes humains par des animaux, qui pourraient être récupérés et greffés à des personnes malades.

Sciences Et Avenir

Lire l’article

Cancer du poumon : un GPS rend le diagnostic plus précis

Un GPS en salle d’opération. Voilà qui peut sembler étonnant. Et pourtant, l’hôpital Tenon (Assistance Publique – Hôpitaux de Paris) s’est doté d’un appareil qui s’inspire de ce système. Ce dispositif dit « de navigation intra-bronchique électromagnétique » devrait s’avérer très utile dans la détection précoce des cancers du poumon.

Pourquoi Docteur

Lire l’article en entier

Obésité : le test urinaire qui évalue la conformité du régime alimentaire

Nous sommes tous enclins à sous-déclarer la quantité de nourriture que nous consommons, par oubli ou par omission. « Rétablir la vérité » sur l’apport alimentaire réel, apporte 2 avantages majeurs : pour la santé personnelle de chacun de pouvoir suivre l’apport alimentaire réel et pour la recherche, la majorité des études étant basées sur l’auto-déclaration (journal alimentaire) notoirement peu fiable. Cette équipe internationale a peut-être trouvé la solution, un simple test d’urine qui évalue le caractère « sain » de l’alimentation. A découvrir dans le Lancet Diabètes and Endocrinology.

Santé Log

Lire l’article

Ibuprofène et paracétamol : l’usage régulier abîme l’audition?

Dans l’opinion publique, les médicaments délivrés sans ordonnance ne comportent pas de risque. En effet, pourquoi vendre des molécules sans avis médical si un risque d’effet secondaire grave est avéré ? La question se pose alors que la consommation régulière et prolongée d’ibuprofène et de paracétamol serait impliquée dans la perte auditive.

Destination Santé

Lire l’article

Contre les caries, bientôt un traitement révolutionnaire ?

Alternative à l’amalgame dentaire pour soigner une carie : stimuler les capacités naturelles de la dent à se réparer toute seule, en activant les cellules souches de la pulpe. C’est ce que pourrait faire le Tideglusib, un médicament anti-Alzheimer capable de régénérer la dent chez des souris.

Futura Sciences

Lire l’article

Somnifères : le Stilnox désormais classé comme stupéfiant

Bien connu des habitués des vols long courrier, le Stilnox sera prochainement classé comme stupéfiant. L’information a été publiée au Journal Officiel le 10 janvier. Une décision justifiée par le « risque de pharmacodépendance, d’abus et d’usage détourné », précise Le Monde.

Une nouvelle fois, les autorités de santé agissent dans l’espoir de réduire la consommation de somnifères, dont les Français restent très friands. Plus de 4 millions y auraient recours régulièrement, malgré les risques aujourd’hui mieux connus d’une consommation de ces produits sur le long terme.

Pourquoi Docteur

Lire l’article en entier

C’est officiel, notre corps dispose maintenant d’un nouvel organe

Les caractéristiques anatomiques et fonctionnelles révélées dans une récente étude justifient aujourd’hui la désignation du mésentère comme un organe en tant que tel. Que faut-il savoir sur celui dont on a longtemps pensé qu’il n’était composé que de structures fragmentées ?

Science Post

Lire l’article

1er succès de l’immunothérapie dans le cancer du cerveau

Le traitement est encore expérimental mais ce premier résultat dans le cancer du cerveau est inespéré. Grâce à une approche qui consiste à apprendre au système immunitaire des malades à mieux détruire leurs propres cellules cancéreuses, un patient atteint d’une forme grave, le glioblastome métastasé, est encore en vie plus d’un an après le diagnostic. La preuve avec une étude de l’institut de recherche Beckman (États-Unis), parue dans le New England Journal of Medicine.

Sciences et Avenir

Lire l’article en entier