L’insémination post-mortem en questions

En accordant pour la première fois à une jeune femme de nationalité française le droit d’exporter le sperme congelé de son mari décédé en vue d’une insémination post-mortem à l’étranger, le tribunal administratif de Rennes braque les projecteurs sur une pratique controversée, toujours interdite en France.

Sciences Et Avenir

Lire l’article

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *