La Best Practice de Biogaran

Capture d’écran 2016-01-28 à 11.55.56

Après une année d’enquête sur les génériques, Biogaran fait le bilan dans Le Quotidien du Médecin. Le sondage, réalisé sous la tutelle du laboratoire pharmaceutique en partenariat avec Le Quotidien du Médecin, a interrogé 40 000 médecins généralistes français sur une question sensible : les génériques. C’est un sujet qui cristallise l’intérêt des professionnels de santé et qui, historiquement, les divise.

Le but de cette étude pour Biogaran ? Amener les professionnels de santé à réfléchir sur la question des génériques pour transformer leurs habitudes mais aussi pour mettre en avant son expertise.

En effet, le laboratoire cultive son image de marque grâce à ce sondage très « expert ». L’article utilise les témoignages de médecins et précise que tout au long de l’enquête un board d’experts a été consulté pour bâtir les questionnaires, analyser les réponses et préparer les différentes phases de l’étude.

La stratégie de Biogaran est de multiplier les formats autour d’un unique sujet : le sondage. De multiples formats ont ainsi été travaillés par leur équipe de communication : une synthèse de l’enquête, des vidéos interview de médecins, des verbatims ou encore une brochure Biogaran « L’essentiel de l’information sur les génériques ». Les contenus ont été déclinés sur autant de canaux pour animer le discours : Le Quotidien du Médecin et du Pharmacien, la page Facebook Biogaran, Twitter…

Biogaran montre ici que malgré un cadre légal restrictif, les opportunités restent nombreuses de communiquer auprès des professionnels de santé. Sur le fond, l’enjeu est simple : intéresser l’audience de professionnels de santé sans déroger aux contraintes règlementaires. Quels contenus intéresseront les médecins ? Ceux qui leur apporteront des connaissances en un minimum de temps : veille scientifique, synthèse d’articles, fiches pratiques sur les produits, contenus d’environnement, informations pour leurs patients, études et sondages… Les contenus qui ne mentionnent pas de produit semblent plus simples à mettre en œuvre puisqu’ils ne nécessitent pas de validation ANSM.

Sur la forme, les industriels ont intérêt à multiplier les canaux de diffusion pour maximiser leur investissement dans le développement de contenu : réseaux sociaux, sites web médicaux, applications fédérant les professionnels de santé, visite médicale, congrès, publipostage…

En résumé, le content marketing est une stratégie efficace que l’industrie pharmaceutique peut utiliser pour multiplier les points de contacts avec les professionnels de santé sans dépendre entièrement de la validation de l’ANSM.

Voir la Best Practice sur Le Quotidien du Médecin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *