La Best Practice de Biogaran

Capture d’écran 2016-01-28 à 11.55.56

Après une année d’enquête sur les génériques, Biogaran fait le bilan dans Le Quotidien du Médecin. Le sondage, réalisé sous la tutelle du laboratoire pharmaceutique en partenariat avec Le Quotidien du Médecin, a interrogé 40 000 médecins généralistes français sur une question sensible : les génériques. C’est un sujet qui cristallise l’intérêt des professionnels de santé et qui, historiquement, les divise.

Le but de cette étude pour Biogaran ? Amener les professionnels de santé à réfléchir sur la question des génériques pour transformer leurs habitudes mais aussi pour mettre en avant son expertise.

En effet, le laboratoire cultive son image de marque grâce à ce sondage très « expert ». L’article utilise les témoignages de médecins et précise que tout au long de l’enquête un board d’experts a été consulté pour bâtir les questionnaires, analyser les réponses et préparer les différentes phases de l’étude.

La stratégie de Biogaran est de multiplier les formats autour d’un unique sujet : le sondage. De multiples formats ont ainsi été travaillés par leur équipe de communication : une synthèse de l’enquête, des vidéos interview de médecins, des verbatims ou encore une brochure Biogaran « L’essentiel de l’information sur les génériques ». Les contenus ont été déclinés sur autant de canaux pour animer le discours : Le Quotidien du Médecin et du Pharmacien, la page Facebook Biogaran, Twitter…

Biogaran montre ici que malgré un cadre légal restrictif, les opportunités restent nombreuses de communiquer auprès des professionnels de santé. Sur le fond, l’enjeu est simple : intéresser l’audience de professionnels de santé sans déroger aux contraintes règlementaires. Quels contenus intéresseront les médecins ? Ceux qui leur apporteront des connaissances en un minimum de temps : veille scientifique, synthèse d’articles, fiches pratiques sur les produits, contenus d’environnement, informations pour leurs patients, études et sondages… Les contenus qui ne mentionnent pas de produit semblent plus simples à mettre en œuvre puisqu’ils ne nécessitent pas de validation ANSM.

Sur la forme, les industriels ont intérêt à multiplier les canaux de diffusion pour maximiser leur investissement dans le développement de contenu : réseaux sociaux, sites web médicaux, applications fédérant les professionnels de santé, visite médicale, congrès, publipostage…

En résumé, le content marketing est une stratégie efficace que l’industrie pharmaceutique peut utiliser pour multiplier les points de contacts avec les professionnels de santé sans dépendre entièrement de la validation de l’ANSM.

Voir la Best Practice sur Le Quotidien du Médecin

Deontologie : quand doit-on lever le secret medical ?

Faut-il allonger la liste des dérogations au secret médical ? La question se pose régulièrement : “On se pose la question de savoir si le médecin qui détient une information importante doit s’affranchir du secret médical ou non. L’Ordre des médecins pense qu’il ne faut pas rajouter des couches supplémentaires aux dérogations parce que d’une couche à une autre couche, il n’y aura plus de secret médical et il en sera fini de la relation médecin-patient“, explique le Dr Faroudja.

Allodocteurs

secret médical

Voir la vidéo

Projet de texte DPC : une representation infirmiere devalorisee

La proposition DGOS de constitution de la « Commission Scientifique Indépendante des professions paramédicales » est une nouvelle manifestation du manque de reconnaissance pour la profession infirmière et ses différentes composantes. Sur 38 sièges, seuls quatre seraient accordés aux infirmières et infirmières spécialisées.

Infirmier.com

infirmier

Lire l’article

[VIDEO] Notre cerveau aurait une capacite de stockage proche de celle du Web !

“Ce résultat a l’effet d’une véritable bombe dans le domaine des neurosciences”, annonce fièrement dans un communiqué Terry Sejnowski, neuroscientifique du Salk Institute à La Jolla, en Californie (États-Unis). Avec son équipe, il a mesuré la capacité de stockage du cerveau, et surprise : celle-ci est 10 fois supérieure aux estimations précédentes !

Sciences et Avenir

cerveau

Lire l’article

Un test cognitif pour differencier la maladie d’Alzheimer d’autres demences

Trop souvent, la maladie d’Alzheimer est confondue avec la démence frontotemporale. Pour améliorer son repérage, des chercheurs de l’Institut du cerveau et de la moelle épinière (Inserm) et de l’Université de Cambridge (Royaume-Uni) ont déterminé l’efficacité de deux tests de cognition sociale évaluant l’empathie.

Sciences et Avenir

En savoir plus

CHU Strasbourg : la France inaugure sa toute 1ere “chambre a allergenes”

Une “chambre d’exposition aux allergènes” a été inaugurée vendredi 22 janvier 2016 au sein des hôpitaux universitaires de Strasbourg. Unique en France, cette infrastructure permettra de tester de nouveaux médicaments contre les allergies.

Sciences et Avenir 

Lire l’article

26 – 27 janvier 2016 : 1ere mission humanitaire “Audition” de l’annee pour AuditionSolidarite et l’AP-HP

Lors de ces deux journées, une équipe constituée d’Oto-Rhino-Laryngologistes  (avec l’engagement de la collégiale des ORL de l’AP-HP), d’audioprothésistes, d’orthophonistes et de fabricants d’embouts accueille et prend en charge  les personnes défavorisées sans papiers ou bénéficiant de l’Aide Médicale d’Etat (AME) souffrant de problèmes auditifs.

AP-HP

Lire l’article

Un test sanguin pour determiner si les antibiotiques sont necessaires

Une équipe de recherche de l’université de Duke (Caroline du Nord, Etats-Unis) a développé un test sanguin capable de déterminer si une infection pulmonaire est virale ou bactérienne. Grâce à ce nouvel outil diagnostic, les chercheurs espèrent pouvoir lutter contre la prescription injustifiée d’antibiotiques aboutissant à des impasses thérapeutiques.

Pourquoi docteur

En savoir plus

 

Fin de vie : des medecins satisfaits de la nouvelle loi

La formulation initiale de la sédation profonde continue jusqu’au décès en fin de vie a été précisée, il s’agit maintenant d’« un droit de dormir avant de mourir pour ne pas souffrir ». « Elle répond davantage aux vraies situations cliniques », indique le Dr Vincent Morel.

Pourquoi docteur

Lire l’article